Candidature de Jean-Luc Mélenchon : le mérite d’ouvrir des clarifications

A juste titre la proposition de candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle de 2017 provoque des réactions diverses et contradictoires. Partageant le même programme et les mêmes objectifs pour notre pays en étant membre du même parti politique que lui, je soutiens sa proposition de candidature. Mais à ce stade je n’en fais pas la candidature obligatoire et idéale de la (vraie) gauche. C’est pourquoi je vais tenter ici, non pas de la justifier en tant que telle, mais de pointer des clarifications que sa démarche a au moins le mérite d’ouvrir.

Je m’appuie sur trois critiques formulées envers JL Mélenchon et/ou sa démarche.

1. Sa proposition de candidature casse l’élan de la primaire à gauche
C’est un fait qu’à première vue le refus de JL Mélenchon de participer à la primaire peut passer pour une dérobade envers le suffrage des électeurs de gauche et qu’il a pour conséquence d’en réduire l’intérêt.
Mais une première clarification s’impose : de quoi la primaire à gauche est-elle faite ? Elle est appelée par des personnalités pour la plupart non encartées, avec l’intention louable de sauver la gauche du naufrage dans lequel Hollande et Valls l’entraînent. Cette première intention amène à regarder positivement cette idée de primaire. C’est à y regarder de plus près que ça se gâte…
L’exemple précédent de 2011, et unique à ce jour, est édifiant. Peut-on affirmer sans hésiter qu’à cette occasion François Hollande est sorti du chapeau parce qu’il était le meilleur candidat pour la gauche ? J’affirme que non. Hollande a battu Martine Aubry parce que les médias ont proclamé avec force sondages qu’il allait gagner. Et ils avaient un intérêt à le faire gagner : celui d’assurer à la finance un serviteur tout autant qu’eux-mêmes le sont. Bien évidemment les médias se sont bien gardés de clamer haut et fort cet objectif, et ils n’ont certes pas mis le bulletin Hollande dans l’urne. Ils se sont contentés d’indiquer aux électeur-trice-s quel bulletin il fallait y mettre pour soi-disant assurer la victoire de la gauche lors de l’élection présidentielle. Et la victoire finale de Hollande viendrait donner raison aux tenants de la primaire ?…
Encore non. Je rétorque que le résultat de la présidentielle n’a donné raison aux tenants de la primaire que le seul jour du 2ème tour. Dès le lendemain, le président Hollande reniait une promesse de gauche du candidat Hollande en assurant Angela Merkel qu’il ne renégocierait pas le traité budgétaire européen co écrit par Sarkozy. Ce fut l’acte fondateur d’un vaste reniement qui nous amène au terrible discrédit actuel de la gauche parmi nos concitoyen-ne-s. Alors, on remet le couvert pour la même soupe à la grimace ?
La proposition de candidature de JL Mélenchon ne casse pas l’élan d’une primaire à gauche, elle a le mérite de pousser à clarifier ce qu’elle est :
• une manipulation médiatique où la finance se garantit un candidat « de gauche » compatible avec ses intérêts, au cas où les électeur-trice-s bouderaient son candidat patenté, de droite ou d’extrême droite.
• une élection non officielle à laquelle ne participent pas les classes populaires.
• une étape qui retarde l’entrée de notre projet de vraie gauche dans le vif du débat quand son audience part de si loin.
La proposition de candidature de JL Mélenchon a le mérite de questionner ce que devrait être une désignation digne de la gauche : pour ma part un vote organisé par et pour les militant-e-s et sympathisant-e-s, refusant tout sondage et se préservant de toute manipulation des médias. JL Mélenchon n’a pas choisi cette modalité. Mais pour démocratiquement imparfaite qu’elle soit, la sienne est largement moins pire que la primaire.

2. Sa candidature est isolée
Ici encore les faits sont à regarder en deux fois. JL Mélenchon était effectivement seul au journal de 20 heures de TF1 ce 10 février, disant se présenter hors cadre des partis, suggérant ainsi l’image d’un homme isolé. Mais cette solitude est trompeuse.
JL Mélenchon n’est pas une personnalité isolée au sens strict du terme : quatre millions d’électeur-trice-s en sa faveur en 2012 lui confèrent un minimum de légitimité, et ne s’évanouissent pas en cinq ans. Sans compter que depuis 2012 il campe sans mollir sur les mêmes analyses qui s’avèrent d’autant plus exactes et les mêmes préconisations d’autant plus indispensables.
Ceci dit rien n’autorise JL Mélenchon à prendre cet acquis pour définitif. Le compteur de ses soutiens sur son site jlm2017.fr est à prendre comme vérification de la persistance ou pas de cette légitimité.
En parallèle, sa proposition de candidature pousse à clarifier la question de qui serait également légitime pour incarner la (vraie) gauche en 2017 et sur quels critères. A titre d’exemple j’apprécie des personnalités comme Clémentine Autain, Pouria Amirshahi, Eva Joly et Pierre Larrouturou pour leurs convictions, leur parcours et leur prestance.

3. Sa candidature est auto proclamée
Là ce sont les mots qu’il faut prendre dans le sens qu’ils ont. JL Mélenchon n’a pas présenté fermement sa candidature à l’élection présidentielle de 2017. Il a lui-même insisté sur le fait qu’il la propose, qu’il la soumet au débat, à l’approbation des citoyen-ne-s. On ne peut pas lui faire l’injure de suivre les pas de De Gaulle quand celui-ci n’avait demandé aucune approbation à sa candidature en 1965.
Bien sûr on devine l’envie de JL Mélenchon d’aller au bout, d’être candidat pour de bon.
Mais on ne peut pas lui reprocher de se dérober au débat puisqu’il l’ouvre lui-même. Tout juste refuse-t-il de participer à une élection primaire plombée d’avance pour la (vraie) gauche.
Voici une troisième clarification qu’ouvre la proposition de candidature de JL Mélenchon, sur la méthode et les objectifs : y a-t-il une attente dans ce pays pour une vraie proposition politique de gauche, qui en finisse nécessairement avec les stratégies politiciennes d’arrières-cours et qui met les partis politiques au service des citoyen-ne-s et non l’inverse ? Une proposition invariablement en rupture avec les traités européens, le capitalisme, le productivisme, la monarchie républicaine ? Une proposition forcément en faveur du bien vivre de tou-te-s décidé par la souveraineté du peuple ?…

En tout cas, et sans me dédire de mes propos précédents, j’estime qu’à ce stade rien ne permet de blâmer définitivement qui que ce soit. Ni les initiateur-trice-s de la primaire à gauche et celles et ceux qui envisagent d’y participer si leur intention est bien de susciter un grand débat citoyen, au risque que cette intention louable ne se fracasse sur une cuisine politicienne de plus, emportant avec elle la crédibilité d’une vraie proposition de gauche. Ni Jean-Luc Mélenchon par son intention également louable de préserver celle-ci de toute cuisine politicienne en la proposant aux citoyen-ne-s sans le filtre des partis, au risque de se couper du soutien décisif de ceux-ci.
Mais si les partis politiques dominants avaient d’une quelconque manière ces dernières années permis à la gauche d’obtenir des succès électoraux, y compris en 2012, ça se saurait non ?…

Publicités

4 réflexions sur “Candidature de Jean-Luc Mélenchon : le mérite d’ouvrir des clarifications

    1. au départ cette candidature est un simple appel à un large rassemblement pas autour d’une personnalité mais d’un programme
      JLM propose sa candidature pas pour une élection mais pour un mouvement engendré de longues dates…le projet est toujours le même
      la planification écologique …ambitieux et difficile pour la planète…

      J'aime

  1. Eh bien, il est un mérite à cette candidature de jlm qui me laisse dubitatif sur certains points: c’est de susciter dans nos rangs des analyses de cette pertinence, refusant tout manichéisme partidaire.
    Alors en route pour la deuxième étape, après le balbutiement des candidatures: construire le rassemblement de la gauche (la vraie puisque l’imposture hollandienne nous oblige à ce genre de précision) dans la mobilisation électorale, et quels qu’en soient les résultats, dans l’action et l’implication populaire pour les cinq années à venir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s